17/01/2012

AAA - Comment interpréter cette notation délivrée par une agence (américaine) ?

François Asselineau.jpgLe 16/01/2012

François ASSELINEAU était invité à débattre avec l'économiste et responsable politique Christian SAINT-ÉTIENNE dans le cadre de l'émission politique et économique matinale "LE GRAND TÉMOIN".

Emission animée par le journaliste Louis DAUFRESNE sur RADIO NOTRE DAME.

 

 

Extrait de l'interview :

 

Question : Comment interpréter cette note délivrée par une agence (américaine) ?

 

Je me mets à la place d'un auditeur qui ne connaît pas forcément très bien les questions économiques et financières.

 Et je me pose une question toute bête : « Mais enfin, il y a encore 10 ans, personne ne parlait de ces trucs là. C'est quoi ce triple A dont on nous bassine – excusez-moi tous les jours ? »

Lorsque Mr Mitterrand a été élu en 1981, personne n'a parlé de triple A. Qu'est ce que cela veut dire ?

Je voyais hier une déclaration ahurissante de Mr François FILLON, 1er ministre, qui disait en ricanant qu'il faudrait que Mr Hollande soumette son programme à Standards & Poors pour voir ce qu'ils en penseraient ?

J'ai vu que Standards & Poors avait envisagé de dégrader la note – parce qu'ils ne notent pas seulement les États, ils notent également les entreprises – d'Aréva si d'aventure on se mettait à mettre un terme au programme électronucléaire français...

Bientôt Standards & Poors et Moody's vont nous expliquer pour qui il faut qu'on vote et quel doit être notre programme politique, on en est là.

Moody's c'est l'autre grande agence. Il y a Standards & Poors, Fitch qui est français et une autre qui est chinoise.

Ce que je voudrait rappeler :

C'est que d'abord, derrière ces noms, il y a des gens et il y a des intérêts. Standars & Poors c'est une entreprise qui s'appelle « McGraw-Hill » et c'est un Mr McGraw qui est derrière tout cela. Et Moody's, le principal actionnaire de Moody's, c'est Mr Warren-Buffet qui est la troisième fortune mondiale selon Forbes, et qui a 13 % du capital (et parmi les autres actionnaires, il n'y en a aucun qui atteint les 5 %).

Cela veut donc dire que nous avons affaire derrière nous avons à faire à des intérêts très très ciblés, qui sont là à dire ce qu'il faut faire et ce qu'il ne faut pas faire.

Donc la première question que devrait se poser les français, c'est « Comment en sommes-nous arrivés là ? », que l'ensemble des pays européens, les pays du monde, soient désormais la corde au cou devant une camarilla – il faut dire les choses telles qu'elles sont –, une toute toute petite oligarchie financière.

Ceci vient d'un simple fait, c'est la déréglementation généralisée des mouvements de capitaux. C'est à dire au début des années 70 et même au début des années 80, la France n'était pas du tout comme cela. La France, c'est-à -dire le peuple français, n'était pas redevable de ce que pensait Mr Warren Buffet de sa gestion.

La toute première chose à faire c'est de se poser la question sur un bilan et le bien-fondé de la déréglementation généralisée des mouvements de capitaux.


Question : Pourquoi sommes-nous redevable auprès d'agences de notation, que personne ne connaît ? (en tout cas pas ce qui est derrière ?)

Parce que cela pose derrière la question du financement de l'économie. Et cela pose derrière la question des articles essentiels des traités européens :

  • l'article 63 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) qui prévoit la libre circulation des mouvements de capitaux - qui organisent d'ailleurs les délocalisations.
  •  l'article 123 du Traité sur le Fonctionnement de l'Union européenne (TFUE) qui interdit la monétarisation du déficit public

Tout ceci sont des contraintes qui nous ont été imposées par la construction européenne au niveau européen et qui nous mènent directement dans le mur.

 

Source : Interview disponible en vidéo ici :Interview de François ASSELINEAU sur radio Notre Dame (Le triple A et la crise de l'euro)

=========================================================
François ASSELINEAU
Candidat à l'élection présidentielle française de 2012


Union Populaire Républicaine
Internet : www.u-p.r.fr
Twitter : @UPR_Asselineau   #Asselineau   #UPR
Facebook : www.facebook.com/upr.francoisasselineau

=========================================================

12:51 Publié dans AAA, Tripple A, Pour comprendre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aaa (tripple a) | |  Facebook | |  Imprimer |

Qu'est ce que ce AAA dont on nous parle tous les jours ? Débat avec François ASSELINEAU

Qu'est ce que ce tripple A dont on nous parle tous les jours ?
Mr Hollande devrait maintenant faire valider son programme par Standards & Poors... Mais quels sont les intérêts privés de ces organismes qui voudraient nous diriger ?

 

 

François ASSELINEAU a été invité à débattre le 16/01/2012 avec l'économiste et responsable politique Christian SAINT-ÉTIENNE dans le cadre de l'émission politique et économique matinale "LE GRAND TÉMOIN" animée par le journaliste Louis DAUFRESNE sur RADIO NOTRE DAME.

Le thème de l'émission portera principalement sur la perte par la France de la cotation "TRIPLE A" de l'agence STANDARD & POOR'S, et bien sûr sur la crise de l'euro.


M. Christian SAINT-ÉTIENNE est un économiste et un responsable politique, membre du "Conseil d'analyse économique" placé auprès du Premier Ministre depuis 2004 (depuis 8 ans).
Il a passé 6 ans de sa vie aux États-Unis, d'abord comme chercheur à l’université Carnegie-Mellon à Pittsburgh puis comme économiste au Fonds monétaire international (FMI) à Washington.
Il est l'auteur de nombreux livres dont La fin de l'euro, dont la première édition est parue en avril 2009 et la seconde édition, mise à jour, en mars 2011.

Durant la campagne présidentielle de 2007, il a participé à la rédaction du programme électoral de François Bayrou. Il a quitté le MoDem en décembre 2007 puis a fondé avec Jean-Marie Cavada un mouvement centriste appelé Avenir démocrate, qui s'est réuni avec le Nouveau Centre en avril 2008. Il est conseiller de Paris et conseiller d'arrondissement pour le 5e arrondissement depuis le 16 mars 2008, élu sous l'étiquette Avenir démocrate, et aujourd'hui Nouveau centre.

 

François Asselineau, Inpecteur Général des Finances, ancien délégué à l'Intelligence Economique à Bercy et candidat à l'élection présidentielle de 2012.

Nouvelle venue dans le débat politique, l'Union Populaire Républicaine (UPR) rassemble des Français, de droite et de gauche, dont les rangs grossissent rapidement. Notre point commun à tous, c'est que nous refusons l'asservissement de la France, et que nous posons la question fondamentale qu'aucun parti ni aucun média ne veut poser :  Avons-nous oui ou NON intérêt à rester encore dans l'Union Européenne ?  Ses analyses prouvent - preuves à l'appui - que nos principaux problèmes trouvent leur origine dans la construction européenne. Nous devons sortir de l'euro, des traités européens et de l'OTAN si nous voulons sortir de la crise actuelle.

Pour aller plus Loin :

http://www.u-p-r.fr/

 

=========================================================
François ASSELINEAU
Candidat à l'élection présidentielle française de 2012


Union Populaire Républicaine
Internet : www.u-p.r.fr
Twitter : @UPR_Asselineau   #Asselineau   #UPR
Facebook : www.facebook.com/upr.francoisasselineau

=========================================================

 


12:49 Publié dans AAA, Tripple A, Pour comprendre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aaa (tripple a) | |  Facebook | |  Imprimer |

14/01/2012

AAA - Accélération de la destruction de la démocratie en Europe : Moody’s dirige les pays au nom des marchés financiers

CE N’EST PLUS LE PEUPLE ESPAGNOL QUI DIRIGE L’ESPAGNE, NI LE PEUPLE FRANÇAIS QUI DIRIGE LA FRANCE : C’EST MOODY’S AU NOM DES « MARCHÉS FINANCIERS »

http://lci.tf1.fr/economie/conjoncture/le-triple-a-de-la-...

L’agence américaine Moody’s vient de dégrader brutalement de 2 crans la note de l’Espagne. Elle note désormais A1 les obligations d’État espagnoles à long terme, et non plus Aa2.

Source : http://www.romandie.com/news/n/_Moody_s_porte_un_coup_dur...

Selon Moody’s, le gouvernement espagnol qui sortira des élections législatives du 20 novembre devra fermement continuer le « rééquilibrage des finances publiques » entamé par le gouvernement sortant dirigé par le « socialiste » [sic] José Luis Rodriguez Zapatero.

Donnée favorite dans les sondages, « l’opposition de droite » [sic] du Parti populaire espagnol a promis l’austérité face à la crise et des mesures de soutien à l’emploi afin de faire baisser un taux de chômage de près de 21%.

L’agence menace le pays de voir sa note soumise à des pressions à la baisse supplémentaires si cette attente ne se matérialise pas.

En revanche, indique-t-elle, « la mise en œuvre d’une politique crédible et rigoureuse de réformes budgétaires et structurelles de moyen terme, accompagnée d’une solution convaincante à la crise de la zone euro, entraînerait un retour à une perspective stable pour la note espagnole. »

On ne saurait mieux dire qu’entre les directives de Bruxelles et celles des agences de notation américaines, la démocratie en Espagne n’est plus qu’une sinistre plaisanterie.

——————

Il en est de même partout ailleurs en Europe, notamment en Grèce, en Italie, au Portugal, en Irlande, mais aussi en France.

Car Moody’s a annoncé qu’elle se donnait trois mois pour « évaluer le caractère stable de la perspective du « Aaa » français ». Ce qui a permis au « Premier ministre » français [NDLR : M. Fillon] de proclamer avec une gourmandise malsaine que « le « triple A » de la France n’est pas acquis ».

Aussitôt, le ministre des finances, François Baroin, est accouru sur France 2 comme un domestique fautif sonné par une duchesse, pour assurer que la France mettrait « tout en oeuvre » pour conserver sa note, « condition nécessaire pour protéger notre modèle social ».

En d’autres termes :

a) – le gouvernement français détruit, les uns après les autres, tous les acquis sociaux des Français à la demande conjointe de l’UE et des agences de notation : il étudie des CDD à temps partiel de 7 heures par semaine , il envisage de porter la retraite à 70 ans par souci « d’harmonisation avec l’Allemagne », il « dérembourse » à tour de bras les médicaments, il bride l’accès aux soins, il constate que la pauvreté se répand à toute allure, etc., etc.

b) – et il a le culot d’affirmer que tout cela est…. la « condition nécessaire pour protéger notre modèle social » !

QUE SERAIT-CE DONC SI ON NE LE PROTÉGEAIT PAS ?!?!!
Il n’y a plus aucune limite aux mensonges les plus éhontés.

—————–
CONCLUSION
—————–
A l’évidence, l’ensemble de la classe politique française et européenne a complètement perdu le sens des réalités.

Partout sur le continent, les européistes ne sont plus que les larbins d’une oligarchie financière et d’un empire euro-atlantiste en folie. Ils sont prêts à transformer leurs pays en dictatures et à se vautrer dans la pire des servitudes pour défendre leur misérable place au soleil de la trahison.

Lorsque l’UPR aura accédé au pouvoir, les toutes premières décisions que nous prendrons seront :
1)- le retour immédiat au statut de la Banque de France d’avant la loi de 1973 et
2)- la mise en place d’un contrôle des mouvements de capitaux.

LA LOI DE LA FRANCE CESSERA ALORS D’ÊTRE LA LOI DES AGENCES DE NOTATION FINANCIÈRES ET CELLE DE LEURS DOMESTIQUES DE BRUXELLES. LA LOI DE LA FRANCE SERA DÉCIDÉE PAR LE PEUPLE FRANÇAIS.


================================================

François ASSELINEAU
Candidat à l'élection présidentielle française de 2012

Union Populaire Républicaine
Internet : www.u-p.r.fr
Twitter : @UPR_Asselineau   #Asselineau   #UPR
Facebook : www.facebook.com/upr.francoisasselineau

================================================

23:38 Publié dans AAA, Tripple A, Pour comprendre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : aaa (tripple a) | |  Facebook | |  Imprimer |