03/01/2012

Pour une agriculture sans OGM

Mini-extrait concernant l'agriculture (une partie seulement de ce qui concerne l'agriculture)





- Maintien des aides du FEADER aux investissements sur les produits alternatifs. Création de postes de fonctionnaires de l'environnement.

- Interdiction des OGM, y compris dans la nourriture animale.
Ceci est aussi cohérent avec notre programme de sortir de l'Union européenne puisque justement l'Union européenne nous a imposé d'introduire des OGMs en France, sous astreinte de 1.600.000 euros par jour de retard. Au cours de l'année 2010, il y a eu encore 6 espèces d'OGM en matière de maïs qui ont été imposées par la commission à l'Europe, ce qui nous permettra d'ailleurs d'invincer les grandes feodalités que sont BASF ou Monsanto.

- Modification de la normalisation nationale spécifique aux fruits, légumes et pommes de terres.

- Lancement d'une campagne de sensibilisation dans les médias et au niveau scolaire afin que les consommateurs changent leurs habitudes de consommation et acceptent l'idée d'acheter des produits de plus petit calibre et avec quelques défauts d'aspect pour préserver au mieux l'environnement et notre santé. Il n'y aura donc plus de pommes qui sont passées au cirage et qui ensuite sont parfaitement calibrées et qui n'ont aucun gout (C'est ce que l'on trouve dans les grandes surfaces). Avec raccourcissement des circuits de distribution pour avoir des aliments de premières fraicheur.

- Engagement de négociations avec l'OMS sur les règles de la FAO relevant du "Codex Alimentarius" afin
de refuser une partie de ces normes dans la production nationale ainsi et pour certains produits
importés en France.

- Favoriser le développement de la recherche en finançant l'expérimentation notamment de l'INRA, des chambres d'agriculture et de certains autres organismes dont les moyens manquent cruellement avec des budgets régulièrement revus à la baisse depuis une dizaine d'années.
Utiliser le résultat de la recherche et du développement des produits phytosanitaires issus de produits naturels et de techniques culturales alternatives (ex. agriculture raisonnée) et génétique (croisement de supports végétaux naturellement résistants et existant déjà dans la nature : croisements naturels et non OGM).

- Assurer des prix raisonnables au consommateurs avec un objectif pour que le budget de l'alimentation qui ne dépasse pas 15% du budget.


- Favoriser le recyclage des produits alimentaires non conformes.
Création de centres de collecte des déchets alimentaires et des produits non conformes, ainsi que les écarts de tri issus de l'industrie alimentaire et organiser une redistribution sur par exemple les élevages porcins.

- Assurer la gestion sociale en créant au sein de Pole Emploi une structure dédiée à cette filière notamment en matière d'emplois saisonniers.

- Instaurer une aide humaine pour favoriser l'installation des jeunes agriculteurs.

- Instaurer une retraite descente aux agriculteurs

17:04 Publié dans François ASSELINEAU, Quelques extraits du programme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : agriculture, ogms, santé | |  Facebook | |  Imprimer |

Une retraite décente pour tous

A propos des retraites

[Extrait]

 

- Une retraite permettant à tous de profiter dignement et pleinement de la vie. Il faut une retraite decente pour tous avec d'abord la confirmation solennelle du rôle central de la retraite par répartition.

- Une inscription de ce principe dans la Constitution permettra de porter un coup d'arrêt aux dérives envisagées constamment depuis maintenant une 15aine d'années vers un système par capitalisation qui risquerait à terme de mettre en jeu la vie et la retraite de millions de français, dont les gestionnaires "joueraient la retraite en bourse". (Ceci n'empeche pas aux français qui le souhaitent de participer eux-même à un système de retraite par capitalisation complémentaire).

- Il y aura également un ré-examen général de la question des retraites dans un cadre national et dégagé des instructions européennes, notamment incluses dans les "Grandes Orientations de Politique Economique" (cohérent avec notre programme de sortie de l'Union européenne)
Puisque je le rappelle encore une fois, ces grandes décisions du style "on passe à 37,5 ans, 38 ans, 40 ans, 41 ans, bientôt 42, 43 ans de cotisations. Vous avez vu que maintenant on pousse à un départ à la retraite à 65, 67 ans...Maintenant la commission dit 67 ans et Mr Fillon a dit il y a quelques semaines, il faut faire comme les allemands, et donc il faut passer à 70 ans.

 

Nous nous disons, Attention, attention, on va arrêter tout ce système, regarder cela d'un petit peu plus près.

Dans l'immédiat :

- Donner un coup d'arrêt à l'augmentation continuelle du nombre d'annuité

- Donner un coup d'arrêt à l'augmentation continuelle de l'âge de départ à la retraite

 

Rappel :

La fixation plus précise de la politique des retraites découlera d'un débat naturel entre la gauche et la droite, relevant des programmes législatifs et non présidentiel. Mon mandat  en la matière - si vous m'élisez à la Présidence de la République - aura permis de redonner son sens à ce débat politique (puisque actuellement il n'a plus de sens puisque tout est décidé par l'Union européenne. Et les syndicats financés par la CES (1) qui font tourner les français comme cela dans quelques villes de France pour ensuite dire malheureusement on ne peut pas faire autrement.

 

(1) : CES : Confédération Européenne des Syndicats

 

17:03 Publié dans François ASSELINEAU, Quelques extraits du programme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : retraites | |  Facebook | |  Imprimer |