01/02/2012

Réforme FESF : Déni de démocratie de l'union européenne envers le parlement slovaque

Nouveau déni de démocratie de l’Union Européenne : comment soumettre un peuple en 4 jours


L'histoire se passe en Slovaquie.

Lundi 11 octobre 2011, le parlement slovaque est
soumis à un vote pour la réforme du FESF (Fonds européen de stabilité
financière). L’enjeu est l’illusion du sauvetage de la Grèce par l’UE
(ou comment culpabiliser un peuple), la pression est énorme sur le
gouvernement slovaque (dernier gouvernement à ne pas avoir ratifié le
projet).


Le Premier ministre slovaque, Iveta Radicova, le 26 septembre 2011.


Le Premier ministre slovaque, Iveta Radicova, le 26 septembre 2011. REUTERS/Nikola Solic


La question est tellement cruciale que le
gouvernement fait fi du choix parlementaire et démocratique de ce 11
octobre, à savoir le rejet. Ainsi il soumet de nouveau cette question
deux jours plus tard devant la chambre des parlementaires (un délai si
court est révélateur de la pression exercée en haute sphère). Le
gouvernement met toutes les chances de son côté et joue son va-tout :
l’organisation d’élections anticipées en échange de l’approbation du
plan. Le gouvernement tombe mais la mesure est acceptée le 13 octobre.


COMMENT UN GOUVERNEMENT PEUT-IL ÊTRE AUTANT SOUMIS AU POINT DE SE SABORDER LUI-MÊME ?


Ceci en dit long sur le panel des outils de pression à disposition de l’UE.


Mais si les Slovaques pouvaient encore rire jaune
hier, se targuant au moins de sauver la Grèce, ils peuvent déchanter
aujourd’hui.


La dépêche REUTERS suivante
nous apprend que suite à la démission du gouvernement, et l’instabilité
politique qui en découle, Standart&Poor’s menace d’abaisser la note
de la Slovaquie. Ainsi, après avoir provoqué l’instabilité politique du
pays, le Système met à genoux un peuple devant les vautours de la
finance. Peuple d’autant moins armé qu’il n’a plus de gouvernement pour
faire face (car c’est bien le dernier rempart qui peut rester pour un
peuple face aux intérêts privés des puissants de ce monde). La boucle
est bouclée.


L’UNION EUROPÉENNE, ÉTENDARD DE L’IMPÉRIALISME AMÉRICAIN, EST LE BOURREAU ESCLAVAGISTE DES PEUPLES D’EUROPE.


Morale de l’histoire :


Comment ne pas voir le message, à peine filigrané, adressé aux autres gouvernements, aux autres parlements, aux autres peuples :


SOUMETTEZ-VOUS DOCILEMENT, OU CREVEZ !

--

Pierre Tribouillard, Délégué départemental de l’UPR pour la Seine-et-Marne



04:08 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.