03/01/2012

Reste-t-on fréquentable lorsque l'on veut sortir de l'Union européenne ?


Est-il normal de dire que l'on serait de droite (ou de gauche) parce que l'on souhaite sortir de l'Union européenne ?

Retour sur le parcours de François Asselineau - Interview Radio Canut.



François Asselineau explique son travail dans des cabinets ministériels auprès de ministres qui sont considérés comme des ministres de droite (travail notamment auprès de Mr Longuet et Mr de Charette).

[extraits]

Comment cela se passe ?
Lorsqu'il y a un gouvernement en France, on propose - lorsqu'ils sont appréciés par leur hiérarchie - aux hauts fonctionnaires (qui sont des apolitiques, comme il l'était lui-même) d'entrer dans des cabinets ministériels auprès de ministres pour leur servir de conseiller. Ce sont des énarques pour l'essentiel, qui en fonction d'un nouveau gouvernement, en fonction de leur pyramide des ages, entrent dans un cabinet de droite ou de gauche, un petit peu par hasard. C'est un peu choquant mais c'est comme cela.

On lui a donc proposé d'aller au cabinet de Mr Longuet (c'était il y a 18 ans de cela). Il a vieillit depuis, il a murit et découvert plein de choses. Mais lorsqu'on est un jeune diplômé de l’École Nationale de l'Administration, cela fait partie du cours normal d'un déroulement de carrière.
C'est un vrai problème car en fait dans les entourage des ministres, il y a en fait, des clones, que ce soient des gouvernements socialistes ou UMP, il y a le même type de conseillers.


Il a donc travaillé dans des gouvernements, mais dire qu'il ait été de tel ou tel gouvernement est un peu excessif. Il n'a pas eu de poste de ministre, il n'a pas été nommé comme un membre du gouvernement. Il a fait partie d'une équipe, c'était un conseiller.

Qu'est-ce qu'il a découvert ?

Il est d'une sensibilité, d'une filiation gaulliste, c'est à dire, d'abord et avant tout c'est qu'il faut que la République soit une république souveraine et indépendante, défende l’intérêt du peuple français. Il est donc fondamentalement républicain.

Ce qu'il a découvert, c'est que progressivement, la construction européenne qui a été présentée aux français comme une œuvre de paix, une œuvre pour empêcher l’apparition de nouveaux conflits, est en fait une machinerie extrêmement compliquée, très ennuyante et que progressivement, sans que personne ne s'en rende compte, on avait volé petit à petit aux français tous leurs pouvoirs.

Les grandes décisions stratégiques ne leur appartenaient plus. ils ne faisaient qu'appliquer des décisions qui les dépassaient ; pas dans tous les domaines, il restait encore des marges de manœuvre, mais dans de plus en plus de domaines c'était comme cela que cela se passait.

Économie, social, finances, monnaie, géopolitique, diplomatie, culture, migratoire, militaire...les grandes décisions sont prises par Bruxelles dans le cadre des traités européens.

17:07 Publié dans François ASSELINEAU, Présentation | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook | |  Imprimer |

Commentaires

plusieurs sites de gauche ont déjà fait remarquer que l' "Europe" c'est devenu une idéologie, une idéologie pro-capitalisme sauvage néo-libéral. Comme l'a dit il y a déjà une douzaine d'année la revue du CNPF l'"Europe" c'est pour eux "un puissant levier" ! Et donc on voit de plus en plus de site de gauche appeller à ce qu'on "désobéisse" à l'Europe, pour enfin sortir du dictats de leurs directives qui oblige à une politique en faveur des féodalités capitalistes, la marchandisation outrancière de tout, l'accentuation éhontée de l'exploitation de l'homme par l'homme.
Qu'il n'est pas de socialisme, ni même de défense des travailleurs, des services publics, des lois social, de tout ce qui fait une société civilisée avec les dictats de l'Union Européenne.
Or "désobéir" à l'Union Européenne sans en sortir est une illusion. Ils vont sanctionner les pays qui n'obéiraient pas, et ceux-ci seront obligé de plier.
Non, Monsieur Asselineau à raison, la seule solution,le préalable à toute reconquète sociale c'est bien de sortir de l'UE. il n'y a pas d'autre voie. sinon ça va être de pire en pire.

Écrit par : roland | 04/01/2012

Les commentaires sont fermés.